18 Juin 1812 – Les États-Unis déclarent la guerre à l’Empire Britannique

Oui. C’est vraiment arrivé. Dans un temps très lointain, l’Angleterre n’était pas gouvernée par des lèche-culs étoilés, et les États-Unis pensaient parfois à des ennemis autres que les Sémites non-juifs. Le 18 juin 1812, sous prétexte de défendre les colons américains du Canada et de garder leur  neutralité vis-à-vis des conflits napoléoniens, les États-Unis déclarent la guerre à l’Angleterre.

“You like potato, and I like potahto”

Les États-Unis d’Amérique (US pour les familiers) en ont marre de leurs colinguistes shakespeariens un peu hautains, paternalistes, donneurs de leçon, qui ne savent pas prononcer correctement potato, tomato, et jouent d’une manière tout à fait erronée au football, et qui, comble de malheur, sont empêtrés dans une guerre continentale contre Napoléon 1er qui cette fois-ci s’est pris en tête d’envahir la Russie en cette année de 1812. Que nenni, les US n’en ont rien à foutre des guerres européennes, déjà que le blocus de l’ogre de Corse a réduit leurs échanges commerciaux avec la vieille Albion et le vieux continent. En plus, les Anglais veulent incorporer de force des marins amerloques dans leurs navires de guerre. Theresa May s’est emballée à l’idée qu’elle a été en  pèlerinage, pieds nus, à Washington. Tony Blair a tellement applaudi qu’il s’est fêlé le dentier. Refaire la guerre ensemble, main dans la main, tuer des Français ensemble, pressant la gâchette main dans la main, romance d’outre-Atlantique… Cette idée ne plait pas au gouvernement américain. Y a-t-il du pétrole à siphonner en France ? Des mines d’or à faire gratter par des esclaves ? Non ? Alors la neutralité légendaire des US et qui tient en toute circonstance doit être respectée.

“You like tomato, and I like tomahto”

Le président américain James Madison estime que le moment est propice pour conquérir le Canada, malgré l’insistance obsessionnelle d’un de ses conseillers nommés Trump de se trouver vers le sud et anéantir le Mexique. Le Canada a été colonisé peu à peu par des exilés américains qu’il faudra secourir et rassembler au sein de la nation

18juin-Tecumseh02
Tecumseh, chef de la tribu des Shawness, figure emblématique des Amérindiens opprimés.

US ! Encore une politique réussie recommandée par un autre conseiller, Natanyahu : « Envoie de

colons, oppose-toi à leur intrusion, laisse-les quelques semaines, puis annexe leurs terres. Personnes n’aura rien à dire ! » qu’il lui soufflait dans l’oreille à chaque conseil. Surtout que les Anglais insistaient à armer les Amérindiens du Canada défendant leur terre contre les spéculateurs fonciers… La guerre devait se résumer à une balade de santé de l’Ontario au Québec, puis à Halifax, les Anglais n’ayant que quelque 6,000 soldats sur place.

“You say laughter and I say larfter”

La guerre de 1812 dura 32 longs mois, la promenade de santé n’eut pas lieu. Les marins anglais vainqueurs à Trafalgar et partout ailleurs furent défaits par les marins de l’uncle Sam sur les Grands Lacs.

La Royal Navy fit le blocus de la côte Est. Grâce à leur marine présente en Atlantique, les Britanniques menèrent plusieurs raids côtiers, et incendièrent Washington en 1814. Mais ce blocus qui affaiblit l’économie américaine en touchant le commerce maritime, favorisa les l’émergence de l’industrie locale, poussant les États-Unis dans la cour des pays industriels et producteurs.

Les Américains furent repoussés des colonies britanniques de Detroit et Queenston Heights.

18juin-Battle_of_Queenston_Heights
La bataille de Queenston Heights

Bien que les Britanniques aient eu le dessus dans la plupart des engagements, la grande majorité des batailles font partie du mythe américain, en particulier la bataille de la Nouvelle-Orléans au cours de laquelle le général andrew Jackson infligea aux Britanniques l’une des plus sévères défaites de leur histoire, fortement médiatisée par les lobbys qui le soutenaient.

“Let’s call the whole thing off…”

Ce fut pratiquement un match nul. La paix signée, on revint au status quo ante bellum. Comme quoi, que ce soit les Anglais ou les Américains, ils ont une longue expérience des conflits inutiles à match nul. Kim Il-sung, Hô Chi Minh et Saddam en connaîtront quelques chapitres.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s