21 Juin 217 av. J.-C. – Hannibal décime à Trasimène les légions romaines équipées de cochons de guerre

Il a traversé les Alpes avec des éléphants. Rome répond avec des attaques de cochons de guerre, mais n’arrive pas à entraver l’avance. La bataille de Trasimène, l’une des plus importantes victoires d’Hannibal dans la Deuxième Guerre punique, ouvre la route de Rome à l’armée carthaginoise.

Le 20 Juin 217 av. J.-C., Fluminius avec son armée, ultime rempart que Rome peut placer sur la route d’Hannibal avance à la recherche de l’armée exténuée d’Hannibal.

Fluminius s’est même muni de ses armes anti-éléphant pour contrer les fameux pachydermes de guerre d’Hannibal: des cochons de guerre enduits d’huile ou de résine en enflammés avant d’être lâchés parmi les éléphants pour les effrayer.

Non, ce n’est pas Angry Birds, mais bel et bien la seconde Guerre Punique. Pline l’Ancien, repris par Aleanus avait déjà recommandé cette arme, précisant que « les éléphants sont effrayés par le plus petit grognement de cochon. » Mais l’armée carthaginoise est dans un état de fatigue avancé. Ils ont réussi la traversée la méditerranée, la péninsule ibérique, et réalisé l’impossible, la montée et la descente des Alpes en dix-huit jours ! Ils ont tant enduré sur les pistes blanches de la montagne, même les quarante éléphants de guerre sont tous morts malades ou devenus fous, se sont jetés dans les abîmes, entraînant avec eux cornacs et soldats.

21juin-Hannibal_in_Italy_by_Jacopo_Ripanda_-_Sala_di_Annibale_-_Palazzo_dei_Conservatori_-_Musei_Capitolini_-_Rome_2016_(2)
Hannibal sur un éléphant de guerre (fresque)

Les morsures des glaciers ont esquinté les sabots des chevaux, Hannibal lui-même a perdu un œil, ils ont même croisé une certaine Jackie Chamoun qui fuyait en ski, poursuivie par une horde de prêcheurs. Chaque jour était une bataille. Tant d’hommes qui n’ont jamais vu la neige tombaient épuisés. Mais, à la fin, il a réussi la traversée des Alpes, perdant la moitié de son armée qui est à bout de forces. La Tosca

21juin-hannibal
Hannibal

ne qu’il découvre avec son soleil, ses champs et ses vignes n’arrive pas à leur faire oublier la brume, la neige, la glace et la souffrance sous le soleil. Fluminius n’a qu’à cueillir cette horde de barbares exténués. Il sait bien qu’il est le dernier espoir de Rome qui n’a plus d’armée à mettre sur le chemin d’Hannibal. L’empire tremble. L’ennemi déferle et rien ne semble pouvoir arrêter ce fou qui rassemble avec lui toutes les peuplades opprimées et révoltées que ce soit les Ibères, Gaulois, Baléares, Étrusques, Libyens ou Numides… Il a la responsabilité de sauvegarder Rome, sinon, Antoine Kerbaj n’arrêtera plus d’ânonner à ses oreilles « Roma, Roma, je suis ton soldat et gnagnagna ».  Il espère que cette bataille sera décisive. Il a quitté Rome avec 25,000 hommes, et poursuivait les hordes carthaginoises.

Hannibal poursuivi et traqué savait que l’armée romaine devait inévitablement passer par le lac de Trasimène. Au lieu de fuir, il décide de placer son armée sur les hauteurs qui surplombent le vallon de Trasimène tout en faisant allumer des feux sur des collines lointaines pour faire croire à Fluminius que son armée est encore loin. Si l’armée romaine décide de passer par le vallon en suivant le fleuve, il pourra les attaquer par surprise, par contre, s’ils passent par la montagne, ou s’ils envoient des éclaireurs et découvrent sa position, alors il sera pris à son propre piège avec son armée de 40,000 hommes divisée sur deux hauteurs et séparée en deux groupes.

21juin-lactrasimene

Le 20 juin au soir, l’armée romaine arrive au lac et y campe pour la nuit. Le brouillard recouvre tout le terrain. Satané brouillard. Les deux armées ne se voient pas. Le silence règne, surtout du côté carthaginois, Hannibal ayant ordonné silence absolu, même pas un cliquetis d’arme n’était toléré. On n’entendait dans la nuit qu’Antoine Kerbaj qui criait toujours « Roma, Roma, je ne suis qu’un soldat, je veux dormir, dormir… ».

Le 21 au matin, le soleil se lève. Le brouillard commence à se dissiper en hauteur. Si l’heure avance encore, les Romains pourront voir les positions découvertes de leurs ennemis. Mais ils lèvent le camp et se mettent en marche dans le brouillard, en position normale : les chefs devant, les charriots et les vivres au milieu, et les soldats sur les côtés, suivant le vallon. La réaction des Carthaginois ne se fit pas attendre. Ils se ruèrent de « mille endroits à la foi », décimant tout d’abord le groupe des chefs. Fluminius a la tête tranchée dès les premières minutes. Le temps que les Romains réalisent que c’est une embuscade et c’est la panique. Adios l’ordre légendaire des légions romaines. C’est le sauve-qui-peut. En fin de journée 15,000 soldats romains sont massacrés au fil de l’épée, l’eau du lac est rouge de sang. 10,000 autres soldats sont faits prisonniers. Les captifs italiens, non romains sont libérés: c’est la poursuite de la politique commencée rappelant aux peuplades qu’Hannibal leur apportait avant tout « la liberté », c’est là toute son habileté politique.

L’eau du lac est rouge de sang. Hannibal n’a perdu de son côté que 1,500 hommes, la plupart sont des Gaulois, turbulents et moins disciplinés, ce qui en faisait des cibles faciles.

La route de Rome est ouverte.

(Spoiler) Hannibal ne marchera pas surRome, car il n’avait pas de machines de siège. Il envahit le reste de l’Italie avant d’être refoulé.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s