22 juin 1893 – Arrogant et Têtu, le Vice-amiral Tryon Envoie au Fond de l’Eau le HMS Victoria à Tripoli

Comme quoi la bêtise humaine peut venir à bout de toute technologie, science ou logique. Lors d’une manœuvre en mer censée épater les badauds et leur donner plein les yeux, , l’amiral Tryon s’entête dans ses ordres et vient empaler le HMS Victoria contre le HMS Camperdown. Résultat des courses : le navire amiral au fond de l’eau et le Camperdown cloué au port.

Les badauds rassemblés au port de Tripoli n’en croient pas leurs yeux. C’est ça la fameuse toute puissante et première force marine de l’histoire ? N’importe quel pêcheur du port a fait la même manœuvre au moins des centaines de fois sans jamais frôler le moindre rocher ou navire. Car le HMS Victoria vient de sombrer devant la foule, plongeant en quelques minutes et disparaissant de la surface de la mer, plus vite que la valeur de Saudi Oger.

Ce matin du 22 juin, la f22juin-HMS_Victoria_(1887)_William_Frederick_Mitchelllotte de onze navires de guerre anglais, devait en une manœuvre planifiée comme une cérémonie d’Oscars montrer à ces manants autochtones, et surtout aux français et italiens dont les espions rodent toujours dans le mont Liban, comment la marine anglaise maîtrise la mer. Car la méditerranée est devenue la route vitale qui relie les Indes au reste de l’empire de Sa Majesté. Le message doit être bien clair : aucune menace ne sera tolérée. Et quoi de mieux pour faire passer ce mes

 

sage qu’un géant de 100m de long, 21m de large, 8.15m de tirant d’eau, car le cuirassé HMS Victoria, qui a à peine six ans, est vanté comme étant le plus puissant et le plus rapide des cuirassés en service, possédant le meilleur blindage et les canons les plus puissants. Ce navire amiral, fine fleur de ce que la technologie pouvait produire avait un seul point faible : son commandant.

 

L’amiral Tryon, Tryon était un tacticien bien reconnu dans la première force navale de la terre, considéré comme un des meilleurs du haut État major de la Royal Navy. Il croyait dur comme fer en l’obéissance absolue des équipages en temps de guerre. Et c’est ce qu’il prônait ce jour de manœuvre! Au briefing, lord Tryon avait informé les capitaines d’une manœuvre classique, une avancée en deux colonnes, vers la côte, puis les têtes de colonnes, soit les cuirassés Victoria et Camperdown tourneront de180 degrés vers l’intérieur, suivis par le reste des navires, et ainsi les deux colonnes repartiront dans le même ordre. Et de fait, il demande à ce que les deux colonnes soient séparées de 1,100m. Les officiers lui ont fait remarquer que 1,100 m c’est trop peu, chaque navire a besoin de 800m pour effectuer un demi-tour. Pardon me ? L’addition n’était point le point fort du Lord, puis on ne discute pas avec un amiral de Sa Majesté. D’ailleurs, les capitaines s’attendaient à ce que l’amiral les teste en pleine manœuvre avec de nouveaux ordres à exécuter, les mettant à l’épreuve en envoyant de nouveaux signaux. La manœuvre vouée à l’échec débute. Mais l’ordre de changer ne vient pas. Et en bons soldats de Sa Majesté, avec un flegme tout britannique, les deux navires naviguent l’un vers l’autre : le HMS Victoria et les HMS Camperdown entrent en collision. Le navire amiral s’est empalé sous la ligne de flottaison.

22juin-victoria-hms-sinking
Collision des HMS Camperdown et HMS Victoria

Comme une erreur n’est jamais assez, et contre toute logique, Tryon ordonne de faire machine arrière. L’eau s’engouffre alors dans la brèche alors dans les soutes. Conscient de son erreur, essayant de sauver le navire, Tryon ordonne de reverser les machines en avant toute pour rejoindre le port. Hélas, en moins de temps qu’il ne faut à Trump pour twitter, le Victoria s’enfonce dans les flots, entraînant avec lui 358 hommes, parmi lesquels le vice-amiral Tryon. Seul un député du parlement libanais aurait pu faire pire.

Le Victoria, devenu cimetière marin, git encore à presque 200m de profondeur face à la Mina – Tripoli dans une position des plus shocking : proue enfoncée dans les sédiments et la poupe vers le haut, car les machines reversées en avant toute ont quasiment propulsé le Victoria vers le fond, le clouant dans la vase. Un Brexit avant l’heure en quelque sorte.

À noter que Tryon, fervent admirateur de Nelson conservait quelques objets de valeur dans sa cabine, dont l’épée du grand amiral. Avis aux pilleurs de cimetières et voleurs de tout genre, bandits, cagoulards, ministres et députés, maraudeurs, barboteur : l’épée vaut une fortune.

22juin-Coolpicsmallweb
L’épave verticale du HMS Victoria

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s