14 Juillet 1944 – L’espionne et double agent Asmahan est neutralisée

La chanteuse à la double vie, collaborant avec les Britanniques et les nazis est tuée dans un mystérieux accident de voiture. De son vrai nom, princesse Amal el Atrach, elle a vécue une vie digne d’un roman. C’est un peu Mata Hari, combinée à Marilyn et à James Bond. Une vie de glamour, de spectacles et d’espionnage, la chanteuse Asmahan, agent au service des britanniques et des nazis, est « terminée » en ce 14 juillet 1944.

TO GO WITH AFP STORY BY RANA MOUSSAOUI
(

Elle est née le 25 novembre 1918, dans un bateau qui ramenait sa famille à Beyrouth de la Turquie via Athènes. Le navire ayant failli couler, son père lui donne le nom Amal, ou espoir. La famille fuyait la Turquie, car son père le prince Fahd el Atrach, gouverneur d’une région de l’Empire ottoman s’est vu sans poste aux derniers jours de l’existence de l’empire. Son père étant syrien druze de Jabal el-Druze et sa mère Alia, musicienne, Libanaise druze originaire du Mont Liban, la famille décide de revenir s’installer à Beyrouth au lendemain de la guerre.

Son père décède en 1924, alors les pérégrinations de la famille reprennent, à Damas, puis à Haïfa, avant de s’installer définitivement au Caire.

14juillet-261c661062498c49bf76fcde4431cc49
Asmahan et Farid Al Atrach

À l’image de son frère Farid Al Atrach, Asmahan devient rapidement un prodige. Elle est découverte par un producteur compositeur qui la pousse à suivre la carrière de son frère, et lui trouve le nom de scène Asmahan, qui veut dire la sublime, en Perse.

Mais dans l’Orient de l’époque, la scène musicale n’avait pas acquis encore ses lettres de noblesse avec Haifa, Nancy, Elissa, Silicone et co., qui sont charcutées, rembourrées et proportionnellement rétribuées. Fouad, le frère aîné d’Asmahan désapprouve et refuse de voir sa sœur le déshonorer en chantant. Il offre ainsi sa main à son cousin Hassan Al-Atrach. Asmahan se plie, et pour les cinq années suivantes, elle se range et passe à une vie rangée de mère au foyer.

14juillet-asmahan-princess-asmahan-36022345-236-322

Au bout de quatre ans, malgré sa vie de princesse au Jabal el Druzeén Syrie, Asmahan étouffe. C’est le divorce, elle lui laisse sa fille Camélia et retourne au glamour du Caire. Elle y mènera la vie d’une femme libre et mondaine, entre parties de poker, nuits blanches et flirts sans lendemain, même un avortement. Elle refuse même une offre pour une carrière à Hollywood.

Mais Asmahan, malgré et même peut-être à cause de ses nombreux contacts, et constamment menacée d’expulsion, car elle avait perdu la nationalité égyptienne avec son mariage.

Elle est tout d’abord jalousée par la reine veuve Nazli Sabri dont l’amant, le chambellan Mohamad Hassanein pacha, et le propre fils, le futur roi Farouk Ier d’Égypte, portent un grand intérêt à la chanteuse. Pour se protéger, elle se marie au réalisateur égyptien Ahmed Baderkhan puis au réalisateur gigolo Ahmed Salem.

14juillet-asmahan-princess-asmahan-34975518-600-449
Asmahan, 2e à droite dans une soirée

Pendant la Seconde Guerre mondiale, et en parallèle de sa carrière artistique, Asmahan est payée par les services britanniques, qui lui versent la somme de £40,000 pour intervenir auprès de son ancien mari, et les Druzes de ne pas intervenir contre les Alliés lors de l’Opération Exporter.

Elle travaille aussi pour la France Libre, espionnant les agents de la France de Vichy ainsi que les nazis présents dans la région.

Le 14 juillet 1944, Asmahan en compagnie de Mary Baines, enseignante universitaire, amie et confidente de cette première, ont voulu prendre la voiture pour une course. Mais son chauffeur habituel s’est absenté subitement. Un autre homme se présente comme chauffeur remplaçant. Elle ne prend pas garde et embarque avec son ami. La Rolls-Royce Silver Ghost d’Asmahan est retrouvée quelques heures plus tard noyée dans le Nil, avec les deux femmes sans vie. Le mystérieux remplaçant de son chauffeur, ayant disparu à jamais sans laisser de trace.

14juillet-
Mary Baines, Farid Al Atrach et Asmahan

Les services de renseignement britannique sont accusés de s’être débarrassés d’elle après qu’elle a tenté de rencontrer des agents allemands ; la Gestapo allemande a également été accusée pour l’aide qu’elle avait donnée aux forces britanniques et ceux de la France libre ; le roi Farouk Ier d’Égypte après qu’elle eut repoussé ses avances ; son frère Fouad pour l’avoir déshonoré ou son premier mari pour l’avoir humilié ; même la diva Oum Kalthoum est suspectée d’avoir commandité l’assassinat pour en finir avec cette concurrente hors normes.

La mort de la chanteuse reste jusqu’à nos jours une énigme.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s