26 Juillet 657 – Bataille de Siffin entre Ali et Moawiya, ou comment perdre quand on avait déjà gagné

Ali ibn Abi Taleb, le gendre du prophète Mahomet, est nommé quatrième calife. En désaccord avec cette décision, le gouverneur de Damas, Muawîya, prend les armes contre le nouveau calife à Siffin sur les bords de l’Euphrate. Son armée perdant du terrain, Amr ben al-As, général de Muawîya a une idée: placer des pages du Coran sur les lances de ses soldats. Ali se retrouve alors dans l’incapacité de poursuivre le combat contre le Coran et accepte l’arbitrage qui lui est proposé. Mais ce compromis lui sera fatal. Il perdit sur tapis vert ce qu’il avait gagné sur le champ de bataille. Une partie de ses partisans, les kharidjites, considérera l’arbitrage humain comme un outrage à la justice divine. Ali sera assassiné le 24 janvier 661.

26juillet-Investiture_of_Ali_Edinburgh_codex
L’investiture d’Ali, at Ghadir Khums (Ilkhanid, illustration manuscrit)

L’armée de Muawîya venant de Damas comptait 80 000 hommes, celle d’Ali 50 000 hommes. Une première bataille eut lieu entre les deux avant-gardes à Raqqa, qui se replièrent chacune dans son camp. L’armée de Muawîya prit position sur les rives du fleuve de l’Euphrate, ce qui empêcha les troupes d’Ali d’accéder à l’eau. Après une courte négociation, Muawîya permit aux troupes d’Ali de se rendre au fleuve. Les deux armées se reposèrent pendant deux jours. Ali envoya des émissaires demandant de le reconnaître comme seul souverain légitime, mais Muawîya refusa prétextant qu’il était là pour venger Uthman Ibn Affan, troisième calife de l’Islam. Pourtant Ali n’avait rien à voir avec les assassins: Uthman a été assassiné à Médine, l’année précédente dans sa maison, après avoir été assiégé durant 40 jours par un groupe d’insurgés. Ali qui n’était plus à Médine, se retira dans sa maison, mais les mêmes sahaba, ou premiers compagnons du Prophète, qui avaient élu Uthman vinrent le voir afin de lui demander de devenir calife, ce qu’il refusa d’abord avant de changer d’avis quelques jours plus tard.

26juillet--
Bataille de Siffin, illustration persane safavide, 1516

Au début du mois de Mouharam, Ali déclara qu’il voulait que l’on cesse les combats pendant le mois sacré. Durant ce mois, les deux armées se firent face, sans réel combat et dans l’espoir d’une conciliation. À la fin du mois, Ali annonça à ses hommes : « préparez-vous à combattre demain ». Un assaut général qui dura deux jours vit l’armée de Muawîya reculer. Une vraie boucherie. Les deux camps comptèrent de nombreux blessés et tués. À la fin de cet assaut, les deux armées comptaient 40,000 tués sans compter ceux qui moururent de leurs blessures dans les jours suivants.

26juillet-euphrate-ver-al-anbar-ver-le-lieu-de-iffin
Lieu de la bataille de Siffin

Le 26 juillet, sentant la défaite proche, Amr ben al-As, le général de Muâwîya utilisa alors une ruse : il fit mettre au bout des lances de ses soldats une page du Coran. Les soldats de l’armée d’Ali arrêtèrent le combat ne voulant pas combattre contre le livre saint.

Les deux adversaires convinrent alors d’un arbitrage. Ali signa, plutôt contraint, un traité qui devait durer huit mois, laissant à Amr et à Abou Moussa al-Achari le soin de trancher le conflit. Un certain nombre de partisans d’Ali refusèrent cette solution, arguant qu’Ali avait été désigné par Allah comme calife et qu’il n’a donc pas le droit de revenir sur cette décision divine. Ces réfractaires formèrent ensuite un des premiers courants dissidents de l’Islam,le courant kharidjite.

Les deux arbitres désignés à Siffin devaient examiner le Coran chacun de son côté. Muâwîya et Ali devaient envoyer quatre cents hommes parmi les mieux qualifiés pour devenir calife pour assister aux débats. Abû Musa avança que le futur calife ne pouvait être ni Muâwîya ni Ali, Amr lui répondit qu’il ne voyait pas pourquoi exclure Muâwîya, alors qu’Ali, au contraire devait être exclu comme responsable de la mort d’Uthman. Finalement ils semblèrent tomber d’accord de soumettre le califat à l’élection et d’en exclure Muâwîya et Ali. Tout le monde se sépara, mais les Syriens nommèrent quand même Muâwîya prince des croyants.

 

Dans les mois qui suivirent, Ali perdit un grand nombre de ses partisans: même son frère Aqil rallia Muâwîya.

En 661, les kharijites organisèrent un triple meurtre des protagonistes de cet arbitrage: Muâwîya à Damas, Ali à Koufa et l’arbitre du conflit Amr en Égypte. Les trois attentats furent exécutés le même jour. Ali mourut de ses blessures, Muâwîya fut blessé et survécut, et Amr échappa complètement à l’attentat.

Aux termes de la conciliation de Siffin, Muâwîya devenait le seul candidat au titre de calife et il fut alors généralement accepté comme calife, puisque Hasan, fils aîné d’Ali renonça au califat et à toute prétention.

26juillet-battle-of-siffin1
Bataille de Siffin, illustration

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s