27 juillet 1890 – Mort accidentelle ou par suicide de Vincent Van Gogh

27juillet-download2Van Gogh, tout comme de Vinci et une poignée d’autres artistes, suscite des théories à n’en plus finir sur chaque évènement de sa vie. La dernière en date concerne sa mort. Une nouvelle théorie, tout de suite contredite par un autre, assure qu’il aurait été tué d’un coup de balle plutôt qu’un suicide.

27juillet-800px-Vincent-van-gogh-echo-pontoisien-august7-1890

Van Gogh attire les théories. C’est un fait. Plus de 150 médecins ont proposé une variété de diagnostics déroutants pour expliquer ses peintures, allant d’un trouble bipolaire, schizophrénie, neurosyphilis, le trouble intercritique dysphorique, coup de soleil, la porphyrie aiguë intermittente, l’épilepsie du lobe temporal précipité par l’utilisation de l’absinthe en présence d’une lésion limbique précoce, maladie de Ménière, pour ne citer que quelques-uns. Les ophtalmologues insistent sur sa xanthopsia ou le fait de « voir jaune », induite par l’absorption de la digitalis après son internement à Saint-Rémy-de-Provence en 1889 , pour expliquer ses coups de pinceaux jaunes vifs.

Ce peintre fou, dont les voisins se plaignaient sans cesse avait déjà en un coup de folie sectionné son oreille, tout l’organe et non pas le lobe, comme il fut dit pour un certain temps. En plus de sa mutilation, il aurait offert son oreille à une prostituée. La fille de joie récipiendaire de ce surprenant présent aurait été une jeune femme de chambre d’une maison de tolérance, à laquelle Van Gogh n’était pas insensible. Elle avait une terrible cicatrice sur le bras, due à une morsure de chien. Van Gogh a probablement voulu lui faire don de sa chair. Mike Tyson aurait, parait-il, demandé l’autre oreille, mais Van Gogh n’a pas succombé à ses charmes.

27juillet-Vincent_Willem_van_Gogh_106
Van Gogh. Autoportrait, avec bandage sur l’oreille et pipe. Collection privée.

Pour revenir à son décès : le 27 juillet, Vincent quitte avec pinceaux et chevalet son auberge d’Auvers-sur-Oise, un village d’artistes à une trentaine de kilomètres de Paris. Il revient quelques heures plus tard, blessé, et meurt dans les bras de son frère Theo trente heures après. La dernière-née des théories stipule que Vincent Van Gogh aurait été blessé accidentellement par une balle tirée par un couple d’adolescents qu’il connaissait. Cette balle perdue ne fut pas tirée en célébration des résultats du brevet à Beyrouth. Pour une fois. Les deux gamins jouaient en indien et cow-boys, utilisant une arme qui fonctionnait mal. Ils étaient connus pour picoler avec le peintre. Il agonisa pendant deux longs jours avant de succomber. Son frère qui le soutenait financièrement avec une allocation de 150 francs, désespéré et malade de la syphilis, le suit dans la tombe quelques mois après.

Les auteurs, de cette théorie, Steven Naifeh et Gregory White Smith, ont consulté, parmi quelque 28 000 notes, des lettres de l’artiste qui jusqu’ici n’avaient jamais été mises à la disposition de chercheurs. Leurs arguments principaux sont le rapport d’autopsie, qui indique que la trajectoire de la balle qui a frappé Van Gogh au ventre était oblique et non droite, comme supposée dans le cas d’un suicide. Puis le rapport du médecin ne mentionne nulle part des traces de brûlure par la poudre, qui apparaissent sur la peau si le canon est à moins de 30 cm… Et la confession de Van Gogh qui a avoué le suicide n’aurait été que pour couvrir les deux gosses.

27juillet-download
L’arme du suicide, retrouvée en 1860

Cette théorie fut démontée en quelques semaines plus tard. D’autres certainement suivront. N’empêche, cette date du  27 juillet 1890 restera marquée par la disparition l’artiste maudit, qui n’aurait vendu qu’une seule toile de son vivant, pour le grand bonheur de ses héritiers qui vendent son travail à coup de millions.

L’arme du suicide n’avait jamais été retrouvée jusqu’à ce que, vers 1960, un fermier découvre dans les champs, sur les lieux où Van Gogh se serait donné la mort, un pistolet rouillé de calibre de 7 mm de type « Lefauchaux à broche ».  Le degré de corrosion suggérait que l’arme était restée dans le sol pour 50 ou 60 ans.

27juillet-article-2049467-0E6245E100000578-124_468x286
Le champ à Auvers-sur-Oise, où Vav Gogh se serait suicidé

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s