20 août 636 – Damas tombe aux mains des Arabes

Les Occidentaux n’ont pas attendu le XXe siècle pour utiliser les Arabes pour leurs guerres contre les Arabes. La première fois fut à la bataille de Yarmouk en 636!

Le 20 août 636, quatre ans seulement après la mort du Prophète, l’armée arabe affronte les Byzantins à Yarmouk. Les Byzantins défaits, Damas et le Proche-Orient avec ses richesses tombe dans l’escarcelle du calife Omar.

20aout-53093544-yarmoukvally4
Vallée du Yarmouk

Le Yarmouk est un affluent du Jourdain. C’est sur les rives de cette rivière que l’armée arabe, après cinq jours de marche forcée, arrive enfin face à l’armée byzantine, nettement supérieure en nombre.

Lors de la dernière des guerres byzantino-perses, Héraclius devient empereur romain d’Orient en 610 après avoir renversé Phocas3. Dans le même temps, les Sassanides conquièrent la Mésopotamie. Héraclius prépare une contre-attaque et reconstruit son armée. Neuf ans plus tard, en 622, il lance son offensive5. Après de nettes victoires contre les Perses et leurs alliés dans le Caucase, en Arménie et à Ninive, les Perses entament alors des négociations de paix et acceptent de quitter tous les territoires byzantins occupés par les Perses..

20aout-Crusaders_besieging_Damascus_-_Chronique_d'Ernoul_et_de_Bernard_le_Tr_sorier_(late_15th_C),_f.280v_-_BL_Royal_MS_15_E_I
Siège de Damas

Pendant que Byzantins et Perses s’épuisent dans un conflit de longue durée, l’Arabie connaît un profond bouleversement politique après que Mahomet a prêché l’islam à partir de 630. Cette nouvelle religion s’étend rapidement et parvient à unir la région sous une seule autorité politique.

L’affrontement entre les deux forces était inévitable, surtout après la conquête de l’Irak par les Arabes, et la Syrie en point de mire. Toutefois, les armées musulmanes s’avèrent bientôt trop peu nombreuses pour s’opposer aux Byzantins. Les généraux musulmans font appel à des renforts, et Khalid ibn al-Walid, le meilleur général arabe est envoyé et un détachement pour mener l’invasion.

Après s’être emparés d’Émère, les musulmans sont tout proches d’Alep, une forteresse byzantine, ainsi que d’Antioche où Héraclius réside. L’empereur byzantin est particulièrement inquiet de cette série de revers et prépare une contre-attaque pour récupérer les territoires perdus. En 635, Yazdgard III, l’empereur sassanide, est à la recherche d’une alliance avec les Byzantins.

Les musulmans découvrent les préparatifs d’Héraclius par le biais de prisonniers byzantins. De ce fait, Khalid est informé de la possibilité que ses forces séparées soient attaquées puis vaincues. Sa stratégie consiste alors de retirer ses forces des territoires occupés pour les concentrer dans l’optique d’une bataille décisive contraint les Byzantins à rassembler leurs cinq armées en réaction.

20aout-Siege_of_Damascus,_second_crusade

Depuis plusieurs siècles, les Byzantins ont évité de s’engager dans des batailles décisives à grande échelle et la concentration d’une telle force engendre des tensions logistiques pour un Empire mal préparé. Damas est la base logistique la plus proche, mais Mansur, le dirigeant de la ville, ne peut approvisionner l’ensemble de cette grande armée qui se rassemble dans la plaine du Yarmouk.

Les relations entre les différents généraux byzantins sont tendues. Il existe notamment une lutte d’influence entre les Grecs, les Arméniens et les Arabes. Jabalah, le chef des chrétiens arabes, est largement mis de côté alors même qu’il dispose d’une bonne connaissance du terrain. Sans oublier les querelles ecclésiastiques entre les monophysites et les Chalcédoniens, même si leur impact direct est faible, contribuent certainement à envenimer les tensions existantes. L’ensemble de ces éléments affaiblissent la coordination et la planification des forces, ce qui est l’une des raisons de la lourde défaite byzantine. À la veille de la bataille, l’armée byzantine est supérieure en nombre, mais peu motivée. Elle est surtout composée d’Arméniens et d’Arabes.

La bataille se déroule dans la plaine du nord du Yarmouk, enserrée sur sa bordure occidentale par un profond ravin, connu sous le nom de Wadi-ur-Ruqqad. La rivière Yarmouk a des rives très pentues, allant de trente mètres à deux cents mètres de hauteur.

La majorité des sources de l’époque, estiment la taille des forces musulmanes entre 24 000 hommes et 40 000 hommes et celle des forces byzantines entre 80 000 et 150 000 hommes. Khalid remporte une importante victoire contre Héraclius lors de cette bataille du Yarmouk et parvient à piéger Yazdgard qui perdra rapidement une grande partie de son armée.

Le sort de la bataille affecta peu Constantinople, qui s’inquiétait bien davantage du péril perse ou encore bulgare, et des querelles théologiques entre les patriarcats de Constantinople et du Proche-Orient. Fort de cette victoire inespérée, Khalid occupe Damas ainsi qu’Antioche, métropole prestigieuse de l’Orient hellénistique.

C’est la fin de l’unité du bassin méditerranéen organisée autour de la culture gréco-romaine et de la foi chrétienne. Le bassin méditerranéen s’organisera autour de trois grandes aires de civilisation : l’aire gréco-byzantine, chrétienne orthodoxe autour de la mer Égée et des Balkans, la chrétienté catholique romaine, à la pointe occidentale de l’Europe, et le monde musulman, de l’Andalousie au Moyen-Orient.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s