8 novembre 1939 – L’attentat raté contre Hitler qui coûta 70 millions de morts à l’humanité

Le soir du 8 novembre 1939, à Munich, dans la brasserie Bürgerbräukeller, Hitler fête l’anniversaire de son putsch raté de 1923. À 13 minutes près, il aurait été tué et le monde n’aurait été que plus heureux… et plus encombré.

8 novembre - 574d53f09105842b008c5c27-750
Hitler arrivant à Bügerbraükeller pour la célébration, acceuilli par les « anciens camarades »

C’est dans ce même lieu, que 16 ans plus tôt, le jeune et déjà fougueux Hitler, alors chef du parti national-socialiste des travailleurs allemand accompagné par le général Erich Ludendorff pénètrent dans la brasserie Bügerbraükeller où se déroule une réunion de soutien à Gustav von Kahr pour annoncer le renversement du gouvernement bavarois. Avec ce coup de bluff, Hitler comptait rallier von Kahr et réussir son putsch. Peine perdue, il finit au cachot pour 14 mois. Une période d’emprisonnement mise à profit pour la rédaction de sa diatribe enflammée et haineuse, Mein Kampf.

Dix ans plus tard, Hitler accède à la Chancellerie, à la tête du gouvernement allemand, et depuis, chaque année il célèbre le putsch raté dans cette même brasserie.

8 novembre - Hitler-in-bierkeller-500x344
Hitler prenant la parole à la brasserie le 8 novembre 1939. Il abrège son discours pour rattraper son train, car son avion ne pourra pas le ramener à temps à cause du brouillard

Mais pour l’anniversaire de 1939, le Führer va échapper ce soir-là à une bombe destinée à le tuer et du même coup à changer la face du monde.

Georg Elser, un humble menuisier originaire du petit village de Hermaringen, dans le Jura souabe, veut profiter de l’occasion pour assassiner le Führer dont, plus lucide que la plupart de ses contemporains, il a mesuré la malfaisance.

Il ne lui suffit pas de s’opposer en silence, en refusant par exemple le salut nazi. Dans une solitude totale, il décide d’agir par lui-même.

Ayant observé que chaque année, Hitler célèbre l’anniversaire du putsch de la Brasserie, il s’établit dès l’été 1939 à Munich et fabrique lui-même une bombe à retardement en usant de son savoir-faire en horlogerie.

8 novembre - elser
Georg Elser

Pour s’habituer à la brasserie, Georg devient un client régulier. Il y va régulièrement dîner, et ayant repéré les lieux il s’y laisse enfermer la nuit afin de préparer la cachette de la bombe. Deux jours avant la célébration annuelle, il y dépose la bombe…

Le 8 novembre, comme prévu, Hitler se présente à la brasserie, entouré de la plupart des principaux dignitaires nazis.

Mais comme il a hâte de revenir à Berlin, il abrège son discours et  quitte les lieux plus tôt que prévu, à 21h07, soit 13 minutes précisément avant l’explosion de la bombe.

8 novembre - burgerbraukeller
La brasserie décimée par la bombe

13 minutes ont décidé du futur de l’Europe et du monde.

La bombe explose inutilement, provoque l’effondrement d’une partie du local, faisant huit morts et 63 blessés.

8 novembre - 2092701487_small_1
Hitler inspectant le lieu de l’attentat manqué quelques heures plus tard

Très vite, en analysant les restes de la bombe, la police de Himmler identifie les fournisseurs de Georg Elser et retrouve son atelier.

Le menuisier est arrêté le soir même alors qu’il tente de franchir la frontière suisse. Après quatorze heures d’interrogatoire et de torture, il avoue avoir posé la bombe, mais persiste à nier toute complicité face aux policiers qui n’en croient pas leurs oreilles et suspectent les services secrets britanniques.

Hitler demande que le prisonnier soit conservé en vie jusqu’à la fin de la guerre, dans l’attente d’un procès à grand spectacle destiné à magnifier le nazisme. En attendant, il est déporté au camp de concentration d’Orianenburg-Sachsenhausen, près de Berlin, puis transféré à Dachau, et il y reste jusqu’à la fin de la guerre.

Le 9 avril 1945, sachant que tout est perdu, alors qu’il est sur le point de se suicider après avoir mené son pays au chaos, Hitler n’oublie pas son hôte de Dachau, il donne par téléphone l’ordre express d’exécuter le « prisonnier spécial » avant de se donner la mort.

6 novembre 1956 – L’expédition franco-britanniques à Suez tourne à l’humiliation

Le 6 novembre 1956, à minuit, prend fin l’expédition de Suez. Les parachutistes français et britanniques doivent cesser le feu quelques heures à peine après avoir sauté sur le canal et défait les troupes égyptiennes.

Cette date sonne la fin de l’ère coloniale la France et la Grande-Bretagne et la fin de leur influence au Moyen-Orient. Elle annonce aussi l’émergence du tiers monde et des pays arabes ainsi que l’intervention des États-Unis dans la politique moyen-orientale.

C’est donc en ce jour-là, à minuit que les Britanniques, les Français et les Israéliens acceptent le cessez-le-feu réclamé par l’ONU. Économiquement affaibli par le conflit, le Royaume-Uni n’a d’ailleurs aucune alternative. De plus, ils ne peuvent compter sur le soutien américain, puisque les deux grandes puissances – États-Unis et URSS – exigent le retrait des troupes. Le conflit amorcé par les trois pays se solde donc par un échec humiliant. Les troupes franco-britanniques quitteront progressivement le territoire jusqu’au mois de décembre.

Tout commence le 26 juillet 1956 lorsque le président de l’Égypte, le « raïs » Nasser, décide de nationaliser le canal de Suez par où transite la moitié des importations de l’occident. Exploité par les Français et les Britanniques, le canal ne rapporte que 3% de son chiffre d’affaires à l’Égypte. Les 97% restant tombant dans l’escarcelle franco-britannique. Or Nasser a besoin d’argent pour son grand projet : la construction du barrage d’Assouan, un travail pharaonique, capable à la fois de fertiliser la Nubie, de réguler les crues du Nil et surtout d’apporter à l’Égypte un potentiel hydroélectrique considérable.

6 novembre - 1956_British_tanks
Débarquement d’un char britannique à Port Saïd, 1956

Suite à la nationalisation du canal, le socialiste Guy Mollet, chef du gouvernement français, eut l’idée de punir Nasser de son soutien aux indépendantistes algériens. De son côté, le jeune État d’Israël, fidèle allié de la France, manifesta le souhait d’une guerre préventive contre l’Égypte, soupçonnée de vouloir laver l’affront subi par les Arabes en 1948.

Une conférence internationale s’ouvrit à Londres le 16 août en vue de trouver un compromis. Pendant ce temps, dans la discrétion, les militaires français et britanniques acheminèrent des troupes vers Chypre. À Londres, le Premier ministre conservateur Anthony Eden eut plus de difficulté à rallier sa majorité à la perspective d’une guerre.

Il est convenu que les Israéliens, décidés à « rompre l’encerclement », attaqueront les Égyptiens et qu’ensuite, Français et Britanniques adresseront un ultimatum aux adversaires et occuperont la zone du canal sous prétexte de les séparer !

6 novembre - 440px-Port_Said_from_air
Un tanker en feu à Port-Saïd

Le 29 octobre, les troupes du général Moshe Dayan se lancent dans le Sinaï et mettent en déroute l’armée égyptienne. Comme prévu, le 30 octobre, Londres et Paris envoient un ultimatum conjoint au Caire et à Tel-Aviv, enjoignant aux combattants de cesser le feu et de se retirer à 10 miles du canal.

Israël s’incline, mais l’Égypte, comme on peut s’y attendre, rejette l’ultimatum.

Le lendemain 31 octobre, Français et Anglais détruisent au sol les avions égyptiens. Et, les 5 et 6 novembre, les parachutistes sautent sur Port-Saïd, à l’endroit où le canal débouche sur la mer Méditerranée. Personne ne se soucie d’une résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies adoptée trois jours plus tôt, le 1er novembre…

Entretemps, pendant que l’attention du monde se porte sur le canal de Suez, les chars soviétiques entrent à Budapest et répriment le soulèvement des Hongrois contre leur régime communiste.

6 novembre - 440px-Troops_of_3rd_Battalion_Parachute_Regiment_escort_a_captured_Egyptian_soldier_on_the_beach_at_Port_Said
Soldat égyptien fait prisonnier par des paras britanniques

À peine les paras français et britanniques touchent-ils terre dans la zone du canal que les Soviétiques menacent d’intervenir avec des fusées intercontinentales à tête nucléaire si l’attaque n’est pas stoppée ! Les États-Unis,  inquiets d’un affrontement direct avec l’URSS qui soutient l’Égypte, imposent un cessez-le-feu immédiat ainsi qu’un désengagement sous l’égide des Nations unies.

Britanniques et Français n’ont alors pas d’autres choix que d’accepter ces conditions le 6 novembre.

Au final, l’intervention franco-britannique n’aura duré que 40 heures et se sera soldée par quelques centaines de morts, dont douze Français et dix-neuf Britanniques.

La France et l’Angleterre sortent humiliées de la crise. À Paris, Guy Mollet est affaibli, tandis qu’à Londres, Anthony Eden est contraint de démissionner. Surtout, les deux puissances européennes essuient une grave perte de prestige, en particulier face aux pays émergents du Tiers monde. À l’inverse, le régime de Nasser ressort triomphant de la confrontation. Son prestige ne va dès lors cesser de croître. Le canal ne sera rouvert qu’au milieu de l’année 1957 . La France et l’Angleterre ne seront plus ravitaillées en pétrole durant de longs mois et devront mettre en place un système de rationnement.

6 novembre - Bon-ess-1956
Bon de rationnement d’essence en France, 1956

5 novembre 1906 – Le scandale Marie Curie: première femme à donner un cours à la Sorbonne

C’est la première femme à occuper ce poste. Malgré le sexisme et la xénophobie à leur paroxysme à cette époque, Marie s’impose comme étant la seule qualifiée à occuper le poste de son mari Pierre, décédé dans un accident de voiture. Elle donne ainsi ce 5 novembre 1906  son premier cours à un parterre d’étudiants tout autant intrigués par la radiologie que par cette femme au destin hors du commun. Par ce premier cours, elle ouvre ainsi la voie aux postes élevés de l’enseignement supérieur aux femmes.

Marie Curie, née Maria Sklodowska au sein du Royaume du Congrès (actuelle Pologne) le 7 novembre 1867 a été pionnière dans bien de domaines.

5 novembre Pierre_and_Marie_Curie
Pierre et Maris Curie dans leur laboratoire de fortune

Avec son époux, Pierre Curie, ils reçoivent une moitié du prix Nobel de physique de 1903 (l’autre moitié est remise à Henri Becquerel) pour leurs recherches sur les radiations. Contrairement à ce qu’on imagine, tout leur travail s’est fait dans un taudis qui tient plus d’un croisement d’une grange de pomme de terre et d’une étable que d’un laboratoire scientifique de pointe. Paul n’a jamais mis les pieds dans le laboratoire que l’Université de Paris tardait à construire. Il décède dans un accident de voiture laissant sa femme continuer le travail sur les radiations et découvrir ainsi

le Radium.

Après la disparition de Paul, outre son travail de recherche, Mari dû faire face à bien de préjugés. Cette femme scientifique d’exception, l’opinion publique voulait la voir en mère au foyer plutôt qu’une directrice de laboratoire. On voulait tout simplement que la Polonaise rentre chez elle !

Pour ne rien arranger aux choses, le 4 novembre 1911, éclate l’« affaire Langevin ». La presse accuse Marie, alors veuve depuis cinq ans, de tenir une liaison extraconjugale avec un autre collègue scientifique, Paul Langevin. Cette histoire est imaginée par la presse nationaliste, misogyne et xénophobe qui la traite de « Polonaise venant briser un bon ménage français » et fait les gros titres.

Des journaux à scandale publient des lettres qui enflamment les lecteurs. Tous deux démentent la teneur des lettres publiées, mais en vain. La campagne de presse a été si violente que le ministre de l’Instruction publique en est venu à souhaiter que Marie Curie retourne en Pologne.

5 novembre - 520px-Marie_Skłodowska-Curie's_Nobel_Prize_in_Chemistry_1911 - Copy
Le Nobel de chimie de 1911

Le 8 novembre 1911, au plus fort et en dépit du scandale, Marie Curie reçoit un télégramme l’informant que le prix Nobel de chimie lui est décerné, « en reconnaissance des services pour l’avancement de la chimie par la découverte de nouveaux éléments : le radium et le polonium, par l’étude de leur nature et de leurs composés». Malgré la suggestion du comité Nobel de ne pas venir chercher le prix en raison de pressions politiques ainsi que du scandale qui la couvre, elle choisit de se déplacer et le reçoit le 10 décembre 1911 à Stockholm.

Elle est la première femme à avoir reçu le prix Nobel, et elle reste à ce jour la seule personne à avoir été récompensée par le prix Nobel dans deux domaines scientifiques distincts.

Mais la presse française reste silencieuse à l’époque, gardant sous silence l’exploit de Marie.

Le Nobel est quand même une affaire de famille pour les Curie, car outre Marie, lauréate deux fois, et son mari Pierre, sa fille Irène reçu le prestigieux prix en 1935 pour son travail sur la radioactivité. C’est presque comme chez nous, à quelques neurones près : chez nous au Libanistan on se passe les postes de ministres ou députés plutôt que les Nobels de père en fils, ou en beau-fils…

Marie fut aussi active pendant la première mondiale, mettant ses recherches do côté pour le travail de secours aux soldats. Dès le début de la guerre, elle se mobilise, car elle sait combien peuvent-être utile les appareils à rayons X pour repérer les fractures et localiser les éclats d’obus.

Dès le mois d’août 1914, elle obtient une attestation du Ministère de la Guerre pour mettre en place une équipe de manipulateurs en radiologie. Elle enseigne à plus de 150 élèves les bases de physique et d’anatomie.

Voiture laboratoire de radiologie
Laboratoire mobile de radiologie « petite Curie », France, 1ere guerre mondiale 

Marie Curie est persuadée qu’il ne faut pas déplacer les blessés. Elle va donc créer des unités radiologiques mobiles avec le matériel nécessaire, qu’on appelle à l’époque « Les Petites Curies ». Elle en conduira une elle-même dans les zones de combat.

En novembre 1918, à la fin de la guerre, Marie Curie peut enfin reprendre son poste à l’Institut du radium. L’Institut du radium doit faire face à des difficultés financières.

En 1921, la journaliste Marie Mattingly Meloney organise une collecte de 100 000 dollars

5 novembre - Marie_Curie_and_Albert_Einstein
Albert Einstein et Marie Curie

américains (environ 1 million de francs or) auprès des femmes américaines afin que Marie Curie puisse acheter un gramme de radium pour l’institut. Marie Curie effectue son premier voyage aux États-Unis le 20 mai 1921, pour acheter un gramme de radium à l’usine du radium de Pittsburgh, où sont utilisés de manière industrielle les procédés qu’elle a développés. En 1929, toujours grâce aux femmes américaines, elle reçoit un nouveau gramme de radium, dont elle fait don à l’Université de Varsovie.

Marie Curie ignorait le danger de la radioactivité pour le corps humain. Son corps fut carrément usé par son travail, littéralement, et non pas en burn-out de cadres chouchoutés au Starbucks skinny latte  et aux plateaux de sushis.

5 novembre FRA-500f-anv
La reocnnaissance arrive tard. Un billet de 500FF avec Marie et Pierre Curie ainsi qu’une « petite Curie »

Elle est atteinte d’une leucémie radio-induite par son exposition prolongée aux éléments radioactifs. Elle décède le 4 juillet 1934, à 66 ans des suites de sa maladie. Le 20 avril 1995, Pierre et Marie Curie sont transférés au Panthéon, sur décision du président François Mitterrand. Jusqu’en 2014, elle y est la seule femme honorée pour ses actions. Avant elle, Sophie Berthelot a été la première femme inhumée, mais « en hommage à sa vertu conjugale » (ça se récompense cela ?!?)

Ses papiers, documents et instruments sont toujours radioactifs et dangereux à ce jour.

4 novembre 1951 – Les soldats britanniques se battent avec des bouteilles de bière vides

Non, ce n’était pas devant un bar du côté des docks, mais bien pendant la guerre de Corée que les soldats britanniques de la côte 317 n’ayant d’autre choix, défendent leur position avec des bouteilles de bière et des pierres contre les Chinois qui attaquent.

Tout peut arriver dans le feu de l’action et, parfois, rien ne peut rafraîchir un soldat comme une bouteille de bière.

Voici l’histoire de William Speakman, un soldat appartenant British Army’s King’s Own Scottish Borderers pendant la guerre de Corée. C’est l’une des seules personnes encore en vie à avoir été décoré de la Victoria Cross, la plus importante récompense de combat de l’armée britannique. Mais il est mieux connu sous le nom de «Beer Bottle VC» et le surnom est bien mérité.

4 novembre - Capture4
Le 38e parallèle

En octobre 1951, Speakman et son unité ont été envoyés avec les forces des Nations Unies pour combattre l’Armée de Libération du Peuple Chinois. L’objectif était situé derrière une colline nommée côte 317. Speakman et son unité chargèrent la colline à l’aube et s’emparèrent de la colline 317. Ils devaient ensuite tenir leur position. Mais chose plus facile à dire qu’à faire, car en face, pas moins de 6000 combattants chinois leur faisaient face.

 

En attendant l’arrivée des Chinois, Speakman et son unité ont eu le temps de retrancher de manière sommaire en position de défense. Le 3 novembre 1951, l’artillerie chinoise entra en action. Les tranchées, les bunkers et la colline elle-même furent déchiquetés. Après cette première salve, la troupe britannique ne comptait que 400 hommes aptes au combat.

4 novembre - Bill_Speakman_VC
William Speakman en Corée, 1951

Mais ce n’était qu’un avant-goût, car après l’artillerie vint la charge d’infanterie. Speakman avec quelques hommes préparait des grenades dans le dépôt de munitions afin de ravitailler la première ligne. Mais la position était impossible à tenir et rapidement, les premières lignes furent submergées. Speakman s’empare alors des grenades et court vers la ligne de front, ignorant l’ordre de son commandant de se retrancher. Il saute à plein corps dans le combat, jetant ses grenades sur les assaillants, tirant de son fusil, frappant ceux  à proximité. La ligne fut tenue tant bien que mal pendant quatre longues heures.

Au bout de temps, il ne restait plus rien pour Speakman. Les grenades avaient disparu et plus de munitions. Alors Speakman a attrapé ce qui était le plus proche: des bouteilles de bière et des pierres. Les bouteilles de bière, l’arme de prédilection dans les parkings et les bars, étaient à peu près tout ce qui séparait Speakman, ses camarades soldats et la mort.

4 novembre - Capture2
Troupe chinoise traversant la rivière Yalu, 1951

Finalement, l’ordre vint se retirer. Speakman a dirigé une attaque contre les Chinois qui a donné aux troupes britanniques juste le temps de s’échapper. Speakman est parti en boitant, blessé, mais vivant. Il a ensuite été l’un des soldats vivants les plus décorés de l’histoire de la Grande-Bretagne.

La prochaine fois que vous doutez du pouvoir d’une bouteille de bière, souvenez-vous de William Speakman, Mr Beer Bottle VC, qui tint la côte 317 avec des bouteilles vides et des pierres en attendant l’ordre de repli.

Cheers !

Note : William Speakman est décédé le 21 juin 2018. RIP.

4 novembre - images
William Speakman, 2016

3 novembre 1957 – La pionnière de l’espace est sacrifiée pour un voyage sans option de retour sur Spoutnik II

Laika, une chienne bâtarde de 3 ans ramassée d’une rue de Moscou est envoyée en orbite autour de la terre. C’est le premier être vivant à connaître l’espace.

Fort du succès du premier Spoutnik, Khrouchtchev demanda en octobre 1957 le lancement d’un autre satellite pour l’anniversaire de la révolution, seulement un mois après.

Le deuxième satellite à être envoyé en espace, Spoutnik 2, était un cône de 508 kg, 2 mètres de diamètre sur 4 de haut. La pointe contenait les instruments scientifiques pour la mesure des radiations solaires, en dessous se trouvait la sphère pressurisée contenant l’équipement radio, sphère dérivée de celle du premier Spoutnik. La base du cône accueillerait l’animal sélectionné pour le voyage au paradis des chiens, avec l’isolation thermique, de l’eau, de la nourriture, le système de  recyclage de l’air et la gestion des déchets de la chienne.

3 novembre - web11867-2011h
Laïka dans la centrifugeuse lors de son entraînement

En raison du temps imparti pour réaliser Spoutnik II il n’a pas été possible à l’équipe soviétique d’envisager de faire revenir la chienne sur terre. Dès le début de la mission, il est donc prévu que l’animal soit sacrifié. Mais ce n’est que le 13 novembre qu’est révélé au public le fait que les savants russes n’avaient pas pour but de ramener Laïka sur terre, car depuis le lancement, l’opinion publique internationale s’émeut du sort de la chienne.

Mais pourquoi une chienne ? Le choix s’est porté sur une chienne, tout simplement, car elle n’a pas besoin de lever la patte pour uriner, l’espace dans la capsule ne lui laissant que quelques centimètres pour bouger. La sélection s’est faite sur l’obéissance, la capacité à supporter les bruits forts, et à rester dans un espace exigu plusieurs jours de suite. Et Laïka fut la grande gagnante de ce ticket de mise à mort.

3 novembre -laika-dog
Installation de Laîka dans sa capsule où revêtue de sa combinaison spatiale elle fut sanglée aux parois

Ainsi pour s’entraîner, on plaça Laïka dans des centrifugeuses, puis on la plaça dans des espaces de plus en plus réduits jusqu’à atteindre la taille de la capsule de Spoutnik II.

Lors de la montée de la fusée, alors que la vitesse atteignait près de 28,800 km/heure, le rythme cardiaque de Laïka subit une très forte augmentation : avant le décollage, il était de 103 pulsations par minute et après, il passa à 240 par minute. Laïka commença à haleter furieusement. Désemparée et stressée, elle gigota énormément.

Une fois en apesanteur, il lui a fallu trois heures pour retrouver son rythme normal, soit trois fois plus que lors des essais au sol !

Tout de suite après sa mise en orbite, le satellite ne se sépara pas des réacteurs comme il était prévu, ce qui entraîna de graves problèmes de régulation thermique. Au bout de quatre à cinq heures de vol, ils constatèrent une dramatique hausse de la température à l’intérieur de l’habitacle (41°C). Comble de malheur, et surtout à cause d’un manque de planification, la capsule ne possédait aucune protection contre les radiations solaires, ce qui augmenta encore plus la chaleur.

2 novembre - laika-dog-effigy
Reconstitution de Sputnik II

Tout laisse à penser qu’elle mourut après être tombée dans le coma, non sans avoir atrocement souffert de la chaleur et de déshydratation. Cette augmentation de température fut donc responsable de son décès ainsi qu’un trop grand stress.

3 novembre posta_romana_-_1959_-_laika_120_b
Laïka fut célébrée dans le monde entier

Pourtant, la version officielle longtemps donnée par le Kremlin fut que la chienne était morte au bout de 7 jours par un poison mélangé à sa nourriture afin de ne pas la faire souffrir lors du retour dans l’atmosphère.

Laïka n’a plus donné aucun signe de vie à compter de la cinquième heure et on n’enregistra plus aucune donnée. Elle est morte bien avant que ses réserves en oxygène aient été épuisées.

C’est le 14 avril 1958 que le satellite après 2.570 révolutions autour de la terre se désintègre dans l’atmosphère.

2 novembre 1917 – Balfour offre la Palestine aux juifs après l’avoir offerte au chérif de La Mecque

Quoi de mieux pour s’en sortir sans rien payer de sa poche, qu’offrir ce qu’on n’a pas à ceux qui nous réclament des biens? C’est ce que le ministre des Affaires étrangères britannique, le comte Arthur, James de Balfour fait en rédigeant une lettre ouverte au baron de Rothschild où il est stipulé que le gouvernement de Sa Majesté est disposé à créer en Palestine, qui appartient au sultan d’Istanbul, un « foyer national juif ». Et c’est parti pour cent ans de conflits : 101 ans à ce jour d’hui pour être exact et le compteur tourne toujours.

Tout au début, le gouvernement de Sa Majesté, ô que magnanime, offre au peuple juif parsemé dans le monde une partie de l’Uganda et du Kenya pour y former le nouvel Israël. Mais Weisman refuse net.

Quand Balfour s’enquiert pourquoi, Weisman lui demande si les Britanniques accepteraient d’avoir Paris à la place de Londres.

Balfour répond : « Mais on a Londres !» Alors Weisman rétorque que Londres était encore en marécage quand les juifs avaient Jérusalem (soit 2000 ans plus tôt, ce qui dans une logique sioniste veut dire que ce qui t’a appartenu une fois dans le passé, plus de deux millénaires plus tôt, te reviendra de droit)

Le hic, c’est qu’un an plus tôt,  le 16 mai 1916 plus exactement, le même gouvernement britannique,  les Britanniques et les Français signent les accords Sykes-Picot, qui prévoient le démantèlement de l’Empire ottoman après la guerre. Les deux alliés se partagent les possessions arabes et redéfinissent le visage du Moyen-Orient. Et les Britanniques promettent également au chérif de La Mecque, Hussein ben Ali les territoires arabes sous occupation turque, dont la Palestine et la Syrie.3 novembre - images

Offrir ce qu’on ne possède pas à quelqu’un d’autre, autant l’offrir à plusieurs ! The more the merrier, your majesty.

En fait l’Angleterre avait encouragé les Arabes à entrer en guerre contre l’Empire ottoman qui s’était allié avec l’Allemagne. En échange de leur engagement, l’Angleterre promit aux Arabes de soutenir leur émancipation au lendemain de la guerre, lorsque l’Empire ottoman aurait entièrement disparu. L’appui anglais devait se concrétiser par le soutien par le gouvernement de Londres à l’indépendance des Arabes dans la région située entre d’une part : « la Perse à l’est et (d’autre part) la mer Méditerranée et la mer Rouge à l’ouest », Palestine inclue.

Balfour admet lui-même les contradictions des déclarations britanniques en 1919, et admet que les Anglais ne comptaient pas demander aux Palestiniens leur avis.

2 novembre - 59c8804045d2a027e83c4daa
Le partage de l’empire ottoman suivant l’accord Sykes-Picot

Mais former un était sur une terre qui n’appartient pas aux juifs pose un problème légal. Car malgré l’arrivée massive d’expatriés  juifs en Palestine, et tous les efforts d’acheter les terres aux Arabes et toute la fortune des Rothschild qui y passe, en 1948 les juifs ne possèdent que 6% de la terre, et ne forment que 17% de la population ! Difficile d’y implanter un état juif dans ce cas.

Mais c’est sans compter sur l’aide des Britanniques ! Tout simplement, ils révoquent les titres de propriété des Arabes, titres frappés du sceau de Sa Majesté (car parjure un jour, parjure toujours.)

It’s a minor detail your majesty. Donc les titres de possessions sont tout simplement annulés et d’autres offerts aux juifs. Et voilà la question de la terre résolue.

Le nouvel état incluait donc des terres détenues illégalement par des Juifs et qui furent incorporées, comme un fait accompli, à l’intérieur des frontières de l’État hébreu. Et après qu’Israël proclama qu’il était devenu un État, une batterie impressionnante de lois assimila en toute légalité des étendues immenses de terre arabe, dont les propriétaires étaient devenus des réfugiés et avaient été déclarés « propriétaires défaillants », afin de pouvoir exproprier leurs terrains et empêcher définitivement leur retour.

Aujourd’hui, 89,500 morts plus tard (reportés depuis 1917 des deux côtés, selon un rapport de la Cour de justice européenne), le Moyen-Orient remercie chaleureusement monsieur Balfour ainsi que tout le gouvernement de Sa Majesté pour ce cadeau. Le Moyen-Orient est tellement embarrassé par cette générosité, que pour le cadeau il est à court d’idées… un joli bouquet d’al-Qaeda ? Ou un petit paquet d’État Islamique en cadeau de retour ?

1er novembre 1623 – Fakhreddine remporte une victoire majeure sur les troupes ottomanes à Anjar

Rien ne nous est resté sur cette bataille, sinon le nom, une description rapide des forces engagée, et le résultat final. Même le lieu exact n’est pas connu. Ni stèle commémorative ni plan de bataille. Quelques vers chantés par Feyrouz résument la bataille.

1er novembre - fakhreddine-i2Ramenant la bataille à son contexte: Ferdinand 1er, grand-duc de Toscane qui cherche à se frayer un chemin commercial en Orient, dépêche en 1608 un émissaire qui signe avec Fakhreddine un accord secret qui I’engage a ouvrir ses ports a la flotte toscane et a la ravitailler, avec, en contrepartie, I’engagement de renforcer son pays, lui envoyer des munitions et des artisans pour la fabrication des canons. Mais des agents anglais de la «Perfide Albion » divulguent cet accord et la Sublime Porte décide de châtier son vassal. Elle envoie une flotte de soixante vaisseaux et Ahmed Hafez, pacha de Damas, s’attaque aux armées par voie de terre faisant la jonction avec son éternel ennemi et beau-père Sayfa. Encerclé, le conseil de l’émir refusant de le suivre et d’organiser la résistance, Fakhreddine prend la route de I’exil confiant la direction de I’armée a son frère Younes et fait proclamer son fils Ali.

Fakhreddine connait bien le sultanat et les changements qui y arrivent. Il patiente tant bien que mal et attend son heure tout en mettant à profit son séjour en Toscane. Hôte des Médicis, il visite hôpitaux, arsenaux, banques et exploitations agricoles et s’initie aux nouvelles techniques. Sa patience, et surtout sa connaissance de coutumes ottomanes, prouve la justesse de sa pensée politique : Le Grand Viz Nassouh Pacha est assassine à Istanbul ainsi que son protégé Hafez Pacha, et il est remplacé par Mohamad Pacha comme wali de Damas. Ce dernier avait toujours entretenu de bonnes relations avec les Maan et, à force cadeaux somptueux sitt Nassab, mère de l’émir, obtient de lui qu’il intervienne auprès du sultan pour le retour de son fils. L’émir retrouve ainsi son siège, le 9 décembre 1617, à condition de démanteler quelques places fortes, dont le Château de Beaufort.

1er novembre - _8849_66.jpg
Palais de Der-el-Qamar

La première tâche de l’émir Fakhreddine fut de se venger des ennemis de l’intérieur, ainsi il pénètre dans le fief des Sayfa, livre bataille et les soumet. Il démantèle leur château, fait transporter les pierres a Deir-el-Kamar, à quatre jours de marche, et les utilise pour reconstruire son propre château démoli par ce même Sayfa. Il lui fait payer une rançon de 600 000 piastres-or qu’il envoie au sultan, et rattache au gouvernorat du Kesrouan ceux de Jbeil et de Batroun pour récompenser les Khazen, seigneurs de Kesrouan qui lui étaient restés fidèles.

Puis il se met à la modernisation du pays, il invite 8 familles d’artisans toscans à s’implanter au Liban, et met en place une armee régulière constituée de 45 000 sokmans ainsi qu’un service obligatoire pour les paysans qui doivent s’exercer au métier des armes une fois par semaine. II en garde 15 000 appartenant à toutes les confessions et classes sociales.

La puissance de l’émir cause bien de soucis à la Grande Porte.

En octobre 1623, l’émir refuse de laisser l’armée ottomane qui en rentrant de la frontière perse voulait hiverner à la Békaa. L’émir voyait d’un mauvais œil cette installation qui risquerait de devenir permanente, sans parler des troubles, pillage et autres désordres qui accompagnent une armée qui s’ennuie.

Tout cela est mal vu du Pacha de Damas qui avec l’accord de la Grande Porte pénètre dans la Békaa et se retrouve face à l’armée de l’émir à Anjar.

Les maigres rapports retrouvés racontent que le 1er novembre eut lieu la bataille qui opposa l’armée de l’émir Fakhreddine Maan dit « le Grand » aux forces coalisées commandées par le wali de Damas, Moustafa Pacha, et qui comprenaient des troupes ottomanes et damascènes ainsi que des contingents de soldats libanais sous les ordres des seigneurs féodaux Harfouche et Sayfa, hostiles aux Maan.

Quoique l’ armée  de l’émir de 4000 hommes fut numériquement très inférieure à celle de ses adversaires, qui comptaient 12000 soldats, Fakhreddine remporta une victoire décisive et captura Moustafa Pacha.

1er novembre - cropped-fakhrreddine-header.jpg
Bataille d’Anjar (César Gémayel)

Moustafa Bacha fut tellement bien traité qu’il témoigna en faveur de l’émir à son retour et confirma le rattachement de la Békaa à l’émirat.

La Sublime Porte embarrassée par cette défaite décida de tempérer les ardeurs et décerna à l’émir le titre de «sultan el-barr» ou « sultan de la terre ». L’armée ottomane se retira ainsi en Egypte et au nord de la Syrie en attendant la revanche qui viendra en 1630.

Fakhreddine est devenu Ie prince Ie plus puissant de l’Empire et sa domination s’étend d’Antioche au nord jusqu’a Palmyre a I’est et Safad en Galilee, au sud. Entre ce deux dates, l’émirat connut son âge d’or.

1er novembre - citadelle de Palmyre
Citadelle de Fakhreddine à Palmyre

L’émir érigea nombre de citadelles, à Palmyre, à Antioche, à Chamamiss, à Kab-Elias, à Msayleh, et fit restaurer les mines de Baalbeck, et rénova la citadelle de Niha en prévision des jours à venir.

D’ailleurs, cette frénésie de constructions couta la vie à son fils Nawfal au cours d’un tremblement de terre qui vit s’effondrer la tour centrale de la citadelle de Smar Jbeil.

Il fit aussi construire par l’architecte Cioli un palais « à l’italienne » à Beyrouth, qui devint son jardin d’hiver. Le palais de Beyrouth œuvre d’art et de raffinement, avec son parc zoologique, son orangerie et ses décorations et trompe-l’œil aux motifs floraux suscitait l’admiration des visiteurs. Las, de ce palais ne nous reste que l’appellation de la place du Bourj (Sahet el Borj) ou Place des Canons, qui se situe à l’emplacement de la tour du palais qui dominait la ville et le port et imposait avec ses bouches à feu.